Roulez jeunesse

15 02 2009
De Valence à Barcelone
Album : De Valence à Barcelone

21 images
Voir l'album

La route défile, on avale les kilomètres. Sept heures de vélo par jour, 203 km sur le plateau espagnol, 185 entre Valence et Barcelone, 157 puis re 157 le lendemain, l’appel de la France est fort, on croit avoir atteint nos objectifs alors maintenant, on rentre, on appuie, le challenge physique prend le pas, on aime ça. La date du retour approche, il est grand temps de penser à notre reconversion.

Vous trouverez donc ci joint une lettre de motivation.

Madame, Monsieur,

Actuellement sur les routes espagnoles, je profite d’une étape marathon pour soudain penser à ma proche reconversion car, à trop contempler les immuables champs de thym et d’orangers, je pourrai bien passer à côté d’une merveilleuse carrière de chef de projet. Or, de nature curieuse et obstinée, acceptant volontiers la mobilité et le changement, j’exerce depuis cinq mois maintenant la respectable profession de tourneur pédaleur. Cet emploi satisfait pleinement mon goût pour les activités variées, sans pour autant être tout à fait instable. Depuis que j’ai embrassé cette profession, j’ai pu développer une grande quantité de compétences diverses : pédalage, maintien de guidon, graissage, rustinage, photographie d’art… De Gorgonzola à Isnoglü, de Ouadi des Ben Sehoren à L’Hospitalet de l’Infant, de San Maria Salvatore à Mohamedia, j’ai découvert un grand nombre de cultures différentes, ce qui n’a pas manqué de développer mon aptitude à travailler dans toutes sortes d’environnements. Tout autour de ce vaste rond point qu’est la Méditerranée, j’ai découvert moult monuments, cités des hommes et merveilles de la création qui tous m’ont ouvert l’esprit à d’autres réalités.

Enregistrer, analyser, comparer les offres commerciales, délimiter les zones d’échange et de friction, du malt greco croate aux qualités de mies de pain, des kilos d’orange pelées au temps de cuisson des pâtes, je peux aujourd’hui dresser un panel complet des ressources essentielles aux voyageurs dans cette zone.

C’est dans les échangeurs autoroutiers et les squatts en construction, dans les cabanes enfumées, face à une réchaud explosif, que j’ai par ailleurs eu tout le loisir d’enrichir mes connaissances en gestion du risque.

Mon expérience de troc arabe, de vol latin, de discussion turque, ont grandement étendu mon aptitude à communiquer, alors que les difficultés climatiques auxquelles j’ai été souvent confronté m’ont poussé à développer des capacités de management personnel innovantes qui seront, je crois, un sérieux atout pour votre organisation. Enfin, mon passage à Barcelone a fortement contribué à me sensibiliser à des valeurs d’hospitalités familiales fondamentales, mais aussi à une certaine liberté de vue toutes Gaudinesques qui me permettra certainement à l’avenir de me montrer particulièrement créatif et inventif dans toutes mes activités professionnelles. En résumé, je pourrai mettre au service de votre entreprise des qualités telles que la combativité, la créativité, l’aptitude de la gestion du risque, la facilité de communication, le travail d’ équipe…

En espérant que ma candidature retiendra toute votre attention, je me tiens à votre disposition pour un éventuel entretien, le samedi 7 mars prochain en début d’après-midi, sur le parvis de Notre-Dame. D’ici là, veuillez agréer, madame, monsieur, l’expression de mes respectueuses salutations et que roule la jeunesse !

Barcelone, le 15 février 2009.

RDO…


Actions

Informations



5 réponses à “Roulez jeunesse”

  1. 15 02 2009
    Ppa (15:13:50) :

    Monsieur,
    J’ai bien reçu votre lettre de motivation mais je suis au regret de ne pas pouvoir donner suite à votre candidature. Il me parait intéressant de vous communiquer les raisons qui motivent ce refus afin de vous permettre de corriger quelques points et vous donner de meilleures chances pour vos démarches futures.
    En premier lieu, j’attire votre attention sur l’aspect quelque peu incongru de cette sorte de « convocation » dans un lieu public le 7 mars. Les DRH ont l’habitude de recevoir dans leur propre bureau, généralement chauffé, avec des sièges en cuir et non des selles de vélos. Par ailleurs, notre corporation est réputée pour avoir le nez fin ce qui est évidemment très nécessaire pour recruter les meilleurs mais aussi un lourd handicap lorsqu’il s’agit de s’entretenir avec des vagabonds semi clochardisés à l’haleine de bouc.
    Pour ce qui concerne l’expérience dont vous vous prévalez, elle me semble bien maigre voire dérisoire par rapport aux enjeux de nos métiers et aux qualités personnelles absolument indispensables pour envisager une évolution de carrière normale. En effet, je ne vois nulle part mention d’une expérience réussie sur la gestion du stress en conditions de grève RATP, voire même SNCF ; pensez vous survivre sans cela ? De même, il aurait été très adroit de montrer le mépris que vous avez par rapport au concept de vacances ou mieux de RTT. Vous faites largement et même un peu lourdement état de la richesse de vos rencontres ; avez-vous seulement réussi à vendre quelque chose à quelqu’un pendant ces 5 mois ? J’ai peur que ce soit exactement l’inverse et que vous ayez été continuellement sur la défensive ce qui, convenez en, n’est pas du meilleure augure : pensez vous que nous serions prêts à embaucher des loosers ?
    Vous évoquez aussi des conditions parfois difficiles. Soyez un peu plus modestes ; qu’avez-vous vécu par rapport à l’angoisse du jeune attaché en panne sur sa présentation powerpoint due au patron pour hier soir. Et plus tard quand il lui faudra exposer les raisons de la galère à un parterre de casquettes estampillées CGT ou SUD ?
    Oui, cher Monsieur, vous avez de toute évidence encore un peu de chemin à faire , tant sur votre bicyclette que dans votre tête.
    Veuillez néanmoins recevoir mes encouragements et mes meilleures salutations.
    PS : vous pourrez réapprendre à faire un nœud de cravate sur le site http://www.lesnoeuds.com/
    (qui, faut il le dire, n’a rien à voir avec mes collègues et moi)

  2. 16 02 2009
    Mart (11:59:30) :

    ET voila, vous etes de nouveau sur la route, au moins il ne pleut plus et vous quittez Barcelone sous le soleil, un grand merci a vous de m’avoir fait participer a votre aventure en venant vous laver chez moi et pourrir ma douche… lol.
    Bientot la France, et bientot l’arrivee, mais avant petit pit stop a marseille, Antoine je les ai prepare a Barcelone, maintenant a ton tour de porter l’estocade, et de les pousser jusqu’a PANAME.
    Il ne vous reste plus qu’a repenser a la reponse du DRH, pour preparer votre avenir, mais avant prenez des vacances, vous les avez bien meritees.
    Les derniers coups de pedalent sont la, force et courage, parce que pour nous vous etes deja des heros.
    FORZA BARCA y Suerte, Estoy con vosotros, fuerza y honor,
    estamos orgullosos.
    Besotes
    M.

  3. 16 02 2009
    ecureuil (19:59:03) :

    message sans parole :
    juste un hommage, une big pensée pour vous
    http://blogmoi.canalblog.com/….
    pour le plaisir des yeux
    la maison vous attend…

  4. 17 02 2009
    Martín (00:34:34) :

    En souvenir de votre passage, petite explication culturelle et touristique de Barcelone, pour ceux qui ne connaissent pas encore cette ville, Bouillonnante, contrastée, infatigable et noctambule, l’âme de Barcelone se découvre au marché de la Boqueria, au comptoir d’un bar à tapas,sur les hauteurs du Parc Güell ou de Montjuic, autour de la Plaza Colón, comme sur la plage de la Barceloneta. Entre montagne, macadam et plage, panorama de nos coups de cœur Barcelonais avec un grand B.

    B comme Bar à tapas
    Un véritable sport ! Jouez des coudes pour atteindre le comptoir de la taverne basque Bilbao Berria sur la place de LA CATEDRAL, ou a table au Taller de Tapas, Rambla de Catalunya, à la clé, une ribambelle de pintxos y tapas, arrosée de cerveza et vino tinto réjouira votre palais.

    B comme Béatitude
    Devant la vue prodigieuse du haut de la colline de Montjuïc comme face aux œuvres de Gaudi et autre Miró…

    B comme Banc
    Jardin onirique et enchanteur, sorti tout droit de l’esprit de Gaudí, le parc Güell, est un plongeon dans un univers fantasmagorique peuplé de cheminées champignons, d’animaux étranges et de grottes préhistoriques où l’œuvre de l’homme se perd dans celle de dame nature. Assis sur le fameux banc du film de l’auberge espagnole, ondoyant incrusté d’éclats de céramiques, vous aurez une vue absolument splendide sur la ville et la Sagrada Familia. Une hallucination ? non, une realite mediterraneene.

    B comme Barcelonais
    Pour sentir palpiter l’âme barcelonaise, rendez-vous sur la Rambla à l’heure du paseo (19-20h) pour chiner dans les boutiques artisanales et pour musarder sur cette longue artère animée, qui descend jusqu’au port. Un vrai rite social, et une joie pour les PICPOKETS…

    B comme bretonne
    Pour se regenerer, comme un apres mdi hivernale au fin fond de la Bretagne, allez vous ressourcer sur les fauteuils strapontins de la Creperie Bretonne Annaick. Un decor original, pour une situation du meme Acasex, private joke JB. Assis devant le bus breton, vous degusterez une crepe digne des plus grandes crepes BRETONNES. Vous aurez meme la possibilité de dessiner sur la table et d’afficher votre oeuvre, ce n’est pas encore du miró, mais vous pourrez admirer L’oeuvre RDO…

    La suite a vous de nous la faire decouvrir avec vos impressions et vos emotions, en tout cas les miennes sont vives, et vous accompagnent sur la fin de la route.
    ALEA JACTA EST, ya nos veremos…

  5. 26 02 2009
    Gaëlle (16:52:34) :

    Excellent commentaire Papa. Un talent d’écriture à plus exploiter !!!!

Laisser un commentaire




Le chat mallow Mali 2 |
le bout du monde ou l'île d... |
alexandracha |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le Souterroscope de Baume O...
| Riad Imourane
| Carnets de New York